Youli Boucher
Youli Boucher campaign leader

Monsieur Pigeon
© En Ne Via · Pris à Paris (Texas)
"Giuseppe a 69 ans. Il est d’origine calabraise. Il vit en France depuis le 18 août 1970, mais il a conservé la nationalité italienne. Il a vécu dans un bel appartement dans le Marais, le plus vieux et au même temps le moderne arrondissement de Paris. Il a travaillé dans une banque. Il a payé ses impôts. Il a eu des enfants. Il y a neuf ans, une fois à la retraite, il a commencé à nourrir les pigeons qui vivaient près de chez lui. Il n’aurait jamais pensé que cet acte, si simple et innocent, l’aurait conduit à perdre son logement. Giuseppe a été chassé de sa maison, parce qu’il n’arrêtait pas de nourrir les oiseaux, malgré les menaces à son égard. Il a commencé à vivre dans sa voiture. Mais cela a été seulement le début de l’histoire. Giuseppe a subi plusieurs agressions tant verbales que physiques. Si les premières ont creusé son âme, c’est seulement lui qui le sait. Ce qui est certain c’est que les deuxièmes ont affecté gravement sa santé. Chaque matin Giuseppe se réveille avant le levé du soleil et il va à la rencontre de ses amis oiseaux qui, toujours ponctuels, l’attendent dans les différents coins de la ville, jusqu’au coucher du soleil. Ce sont plus de 70 les kilos que Giuseppe leur donne quotidiennement – en pratique, il dépense pour eux tout l’argent de sa petite retraite. Ce sont 13'000 les euros d’amende qu’il paye et il payera jusqu’au 2025, parce qu'il leur donne à manger. Aux moineaux il donne des brioches, plus nourrissantes que le pain. À la fin de la journée il remet les pigeons malades qu’il a trouvé sur sa route à un association qui s’occupe de les soigner. Puis il retourne à sa camionette, il se libère des sacs qu’il a traîné pendant presque vingt heures et il va se coucher. Giuseppe demande justice: il demande de récupérer son appartement qu’on lui a injustement enlevé, il demande que ceux qui l’ont jeté dans la rue soient poursuivis en justice, il demande que son histoire ne soit pas oubliée et que les pigeons, pareillement à lui, puissent vivre en paix, dans la ville la plus romantique du monde.

Texte et photographie Nevia Elezovic - Ennevia photography
merci a Lia, Olivier et Gabbo pour la traduction.
les notes en marge des photos sont des mots de Giuseppe."

https://www.facebook.com/en.n.via/videos/vb.1734684580/4971007129692/?type=2&theater

Br

3 comments

to comment