Sylvie Lhoste
Sylvie Lhoste campaign leader

<p>
Le droit à l’hébergement d’urgence des sans-abris est terriblement bafoué&nbsp;: la méconnaissance des
obligations prévues par la loi constitue à cet égard «&nbsp;<em>une atteinte grave à une liberté fondamentale</em> » (ordonnance du Conseil d’Etat du 10 février 2012), et près de 150&nbsp;000
personnes sont concernées.


&nbsp; <br></p><p><br></p><p>

Comme si cela ne suffisait pas, il ne se passe pas un jour sans que nous ayons écho de la manière ignoble
dont des sans-abris sont chassés du bout de trottoir où ils se posent pour survivre par des particuliers exaspérés ou des «&nbsp;<em>gardiens de l’ordre public</em>&nbsp;»&nbsp;(sic)
:
confiscation illégale de matériel ; aspersion de gaz lacrymogène ou
d’ammoniac sur les tentes, les sacs et les duvets&nbsp;; saccage d’effets
personnels…&nbsp;


<br></p><p><br></p><p>


Or, s’il n’existe pas encore de régime juridique directement applicable
à la protection du «&nbsp;<em>domicile</em>&nbsp;» des personnes sans-abri, l’association <em>Entraides-Citoyennes</em> tient à rappeler que de temps immémoriaux, le droit impose de
protéger le&nbsp;«&nbsp;<em>chez soi&nbsp;»</em> auquel a droit tout être humain : le «&nbsp;<em>domicile</em>&nbsp;» qui, au sens du code pénal, n'est pas seulement «&nbsp;<em>le
lieu où une
personne a son principal établissement, mais encore le lieu où,
qu'elle y habite ou non, elle a le droit de se dire chez elle, quels que
soient le titre juridique de son occupation et
l'affectation donnée aux locaux</em>&nbsp;»<em>.</em>&nbsp;


&nbsp; <br></p><p><br></p><ul><li>

<b>Nous
en appelons à la responsabilité de l’Etat pour qu’au pays de la
Liberté, de l’Egalité et de la
Fraternité ces personnes vulnérables bénéficient immédiatement, à
défaut d’un minimum de commisération, du respect de leurs droits
fondamentaux.


&nbsp; <br><br></b></li><li><b>Nous en appelons à tous les citoyens pour qu’ils nous contactent afin de dénoncer à nos côtés les
exactions commises sur ces personnes vulnérables.


</b>&nbsp; <br></li></ul><p><b><a href="http://www.sans-abris-sdf-exclus.com/pages/Affaire_de_tous_protection_juridique_du_lieu_de_vie_des_sansabris-8695052.html">~o~ DÉTAILS DE L'ACTION EN CLIQUANT SUR CE LIEN</a> <a href="http://www.sans-abris-sdf-exclus.com/pages/Affaire_de_tous_protection_juridique_du_lieu_de_vie_des_sansabris-8695052.html">~o~</a></b><br></p><p>A défaut d’être entendue, l’association <em>Entraides-Citoyennes</em> en appellera à la justice pour
engager sans préalable des
référés-libertés contre l’administration, des recours en
responsabilité&nbsp;et éventuellement des plaintes pénales contre les
auteurs de ce qui constitue de véritables exactions pour ces
personnes vulnérables.


&nbsp; <br></p><p><br></p><p>Plus
un être humain est confronté à la vulnérabilité, plus la protection de
ses droits
doit être assurée, et on ne peut admettre qu’une personne se trouve
privée de la protection de l’intimité de sa vie privée parce qu’elle
serait trop pauvre. Dans un état de droit, force doit
rester à la loi.&nbsp;&nbsp;</p><p><p><img src="//causes-prod.caudn.com/photos/hY/sd/GE/3k/xT/gA/WC/EbO.jpg"></p><br></p><p><br></p>

to comment